• On passe à la caisse

     

    Les élèves pourront travailler le calcul avec les 25 tickets de caisse de chez LIDLANDES !

    On passe à la caisse

     

    Il existe dans le jeu 3 niveaux de difficultés avec :

    - Niveau 1 avec les tickets 1 à 9.

    Ce niveau pouvant être utilisé du CE2 au CM2 avec 9 tickets où les calculs s'effectuent uniquement avec des nombres entiers. Vous trouverez dans le fichier les 9 tickets + la correction.

    A télécharger : ici

    - Niveau 2 avec les tickets 10 à 18.

    Ce niveau pouvant être utilisé du CM1 à la 6ème puisqu'il faut, pour ce niveau, maitriser les nombres décimaux avec 9 tickets où les calculs à effectuer sont des sommes de nombres décimaux pour le total en euros et une différence pour le rendu en espèces. Vous trouverez dans le fichier les 9 tickets + la correction.

    A télécharger : ici

    - Niveau 3 avec les tickets 19 à 25.

    Ce niveau pouvant être utilisé du CM2 à la 6ème puisqu'il faut, ici, encore mieux maitriser le calcul des nombres décimaux puisque les calculs à effectuer sont des sommes de nombres décimaux mais aussi des produits (en fonction de la quantité) pour le total en euros et une différence pour le rendu en espèces. Vous trouverez dans le fichier les 7 tickets + la correction.

    A télécharger : ici

    Le principe est de calculer le montant total des achats et de trouver combien la caissière nous rendra d'euros en fonction de la somme payée indiquée sur le ticket de caisse. 

    Notions travaillées : Addition et soustraction des entiers ; Addition et soustraction des nombres décimaux ; Multiplication des nombres décimaux (pour le niveau le plus élevé).

    Voilà ! J'espère que ce jeu vous plaira ! 

    Bon shopping à tous vos élèves !!!

     


    4 commentaires
  • L'enseignement de l'histoire et de la géographie... Quel casse-tête !

    Comment faire pour captiver les élèves et pour les rendre acteurs dans la construction des connaissances historiques ?

    Après différentes utilisations de manuels ou d'unités d'apprentissage toutes faites, j'ai décidé, cette année de travailler l'histoire à partir d'une question de départ et d'utiliser quelques inspirations de la démarche d'investigation de sciences.

    En effet, je pose tout d'abord oralement une question de départ et les élèves écrivent cette question sur leur feuille.

    Ensuite, ils essayent d'y répondre en émettant une hypothèse à partir de leurs connaissances. Des échanges oraux s'en suivent afin d'écouter les différentes hypothèses des élèves. Ces premières discussions rappellent déjà des souvenirs à certains ou d'autres se rendent compte tout simplement qu'ils n'ont pas tout à fait tort...

    Nous collons ensuite la frise historique et les élèves colorient l'époque en lien avec cette question.

    Plus tard, les élèves vont alors chercher des réponses à travers 2 ou 3 documents maximum. Nous étudions le document oralement si nécessaire et les élèves répondent ensuite à quelques questions.

    Une fois ces recherches documentaires faites, les élèves sont à même de résumer ce qu'ils ont appris et ce qu'ils doivent retenir. Une liste de mots obligatoires peut leur être fournie pour les aider à écrire leur trace écrite. Elle peut se faire en binôme ou individuellement. Les documents abordés (œuvres d'art, textes, photos...) sont donnés en miniature à la fin pour que les élèves les collent avec leur texte final.

    Enfin, il y a évidemment la réponse à la question départ pour aller au bout des choses.

    Quand les élèves apprennent leur leçon, le travail est plus facile puisqu'ils ont réellement participé à la création de ce texte : c'est LEUR texte !

    J'ai opté pour cette démarche puisque cela évite que les élèves recopient la leçon du maitre sans forcément tout comprendre puisque les phrases ne viennent pas d'eux-mêmes. De plus, la leçon est assez courte, contrairement à certains gros pavés que l'on peut trouver parfois où c'est très (trop) dur pour un élève en difficulté de tout retenir !

    Pour répondre à une question et rédiger un écrit, nous travaillons pendant environ 4 à 5 séances de 30 minutes.

     

    Dans la leçon de l'élève, on a donc : 

    La question de départ en titre

    Je me demande : (hypothèse émise par l'élève)

    Je cherche : (recherche documentaire à partir de 2 ou 3 documents)

    Je retiens : (trace écrite rédigée par l'élève)

    Je conclus : (réponse à la question)

     

     


    3 commentaires
  •  J’ai déjà utilisé Cap maths ou euro maths pour enseigner les mathématiques ou du moins pour m’aider à les enseigner mais je n’ai jamais réussi à utiliser tout le matériel et à terminer le manuel. Quand j’ai entendu parler de la MHM de Nicolas Pinel, « une méthode pour enseigner autrement », je me suis dit « pourquoi pas ? mais si je l’utilise, je le fais « à fond » !

    Depuis la rentrée 2018-2019, j’ai donc commencé à travailler avec la Méthode Heuristique des Mathématiques.

    Je ne savais pas trop où j’allais au mois d’août 2018, mais l’idée d’une « nouvelle » méthode initiée par un inspecteur et réfléchie depuis plusieurs années m’a tout de suite emballé.

     

    Quelle méthode utilisée pour enseigner les mathématiques ?

     

    J’ai donc consulté le site Internet et lu un maximum d’informations sur : https://methodeheuristique.com/

     

     

    J’ai essayé de comprendre la démarche sachant que plusieurs classes avaient déjà expérimenté la MHM l’année précédente : j’ai donc lu les différents témoignages des enseignants testeurs sur les forums ou blogs et je me suis inscrit sur un groupe privé de Facebook rassemblant une communauté d’enseignants de CM1-CM2 testant la méthode ou hésitant encore afin d’échanger sur nos attentes, nos craintes, nos interrogations ou notre travail accompli avant de commencer l’année scolaire puisque beaucoup de travail de préparation est nécessaire.

    La méthode est composée de 23 modules avec deux évaluations prévues en CM (une en fin de 1er trimestre et une en fin d’année scolaire).

    5 séances d’une heure sont prévues par semaine : il faut donc prévoir cela dans notre emploi du temps même si on peut découper la séance comme bon nous semble dans notre emploi du temps puisqu’une séance contient différentes parties :

    • Des activités ritualisées
    • Du calcul mental et/ou un temps de résolution de problèmes
    • Un temps d’apprentissage

    Il est important de bien lire ce qui est proposé afin d’anticiper au mieux comment répartir le contenu des séances.

    Pour ma part, je propose aux élèves « les activités ritualisées » ou « le calcul mental » dès le matin dans le créneau de leurs routines matinales (environ 10 à 15 minutes). Des créneaux de 15 minutes de calcul mental sont prévus également. Enfin 5 créneaux de 45 minutes permettent d’inclure le reste des séances sur la semaine.

    Avec cette méthode, il est également préférable d'emménager dans sa classe un coin mathématiques avec si possible un meuble mathématiques où les élèves peuvent se servir de tout le matériel rangé dans différentes boites marquées.

    Quelle méthode utilisée pour enseigner les mathématiques ?

    Voici en vidéo : Mon coin mathématiques

     

    Enfin, pour évoquer mon bilan de cette méthode depuis que je l’utilise, c’est-à-dire un peu plus de 7 mois, j’ai préféré dresser un tableau à deux colonnes :

    Les points positifs

     

    Les points à améliorer

     

    Une large liste du matériel pour manipuler est sur le site

    On ne sait pas trop ce qu’il faut préparer à l’avance quand on commence la méthode

     

     

    Différents jeux sont prévus pour découvrir ou s’entrainer sur une notion

     

    Il est difficile d’estimer à l’avance le temps que va prendre le jeu : il faut donc fixer un temps de jeu avant de commencer.

     

    Les modules sont prévus et tout est détaillé dans un fichier zippé sur le site et surtout c’est gratuit !

    Certaines séances, notamment celles où la géométrie est travaillée, sont très lourdes et auraient méritées d’être proposées en deux fois.

     

    Des ateliers sont présents dans certains modules

    Dans le manuel enseignant, il est difficile de savoir si l’atelier doit être dirigé ou autonome et donc où se situe le rôle de l’enseignant : une réflexion approfondie est nécessaire lors de la préparation car en plus parfois la demande de travail dans les ateliers est inégale.

     

     

    Travail des notions mathématiques de façon spiralaire

     

     

     

    Présence d’activités ritualisées qui permettent aux élèves ayant des difficultés d’être rassuré et en réussite au bout d’un moment

     

    Fichiers très nombreux : nécessité d’aider les élèves à bien les ranger ou de réaliser un livret qui rassemble tous les fichiers (cf photo ci-dessous). Les éditions Nathan le prévoient d’ailleurs dès la rentrée prochaine.

     

     

    Une séance de régulation est prévue dans quasiment tous les modules.

     

     

     

     

    Peu ou pas de corrections collectives des fichiers sont prévus dans les modules : c’est difficile d’être à jour et de faire un retour sur les fichiers car souvent dans les séances de régulation, l’enseignant a un groupe d’élèves avec lui pour retravailler une compétence non acquise.

     

    Des rallyes-maths sont prévus dans la méthode (lien 6ème)

    Les élèves sont surpris sur la rigueur des consignes du 1er rallye-maths car rien n’est travaillé au préalable.

     

     

     

    Les leçons arrivent parfois trop vite dans le module, il y a un besoin de travailler davantage en amont.

     

    Des liens sont faits avec les arts et l’histoire.

     

     

     

    De nombreux entrainements en calcul mental, calcul posé sont proposés dans l’année.

     

    Certaines activités sont identiques pour les CM1 et les CM2, il va donc falloir prévoir (exercice année A et exercice année B) pour les classes à double niveau qui ont le même enseignant.

     

    Quelle méthode utilisée pour enseigner les mathématiques ?

    Quelle méthode utilisée pour enseigner les mathématiques ?

     

     

     

     

     

     

     

     Quelle méthode utilisée pour enseigner les mathématiques ?

     

    En tout cas, le bilan est très positif, je sens que mes élèves progressent et surtout qu'ils adhèrent à TOUT ce que propose cette méthode. Je pense donc continuer à l'utiliser l'an prochain avec ma classe de CM1-CM2.

     

     


    votre commentaire
  • Comment enseigner l'EDL en cycle 3?

    Depuis la rentrée 2018-2019, je travaille vraiment différemment en Etude De la Langue. En effet, nous trouvions avec ma collègue que les notions traitées en étude de la langue avec nos élèves étaient souvent trop décontextualisées : ils ne faisaient forcément le lien quand ils écrivaient un texte. Les exercices d’application étaient réussis puisque la leçon venait d’être faite mais, au fur et à mesure de l’année quand ils produisaient des écrits les erreurs orthographiques ou de conjugaison ou encore le manque de vocabulaire se répétaient sans cesse.

    Pour essayer d’aider au mieux les élèves et surtout pour tenter de les faire progresser davantage, nous faisons l’expérience de travailler les notions d’étude de la langue à partir des écrits des élèves.

    Je vais donc vous expliquer comment nous procédons dans ma classe. Les activités d’écriture des élèves sont notre point de départ.

    Le vendredi, je propose une activité d’écriture en essayant de partir du vécu des élèves (règlement de la cantine, le 11 Novembre, sortie JMF, rencontre USEP, promenade mathématique, recette de crêpes réalisée à l’école, leurs vacances…) ou si ce n’est pas possible je choisis alors une activité d’écriture à partir d’un livre traité en classe, à partir d’une image, d’une photo…

    Le vendredi a été choisi pour me laisser le week-end pour corriger les productions écrites des élèves et pour réaliser mes groupes hétérogènes : 4 groupes non figés, les élèves étant dans le même groupe en fonction de leur connaissance ou non de la notion abordée.

    A partir du lundi, nous travaillons sous forme d'ateliers tournants de 30 minutes.

    Deux rotations des ateliers sont faites le lundi et deux autres le mardi.


    *UN ATELIER DIRIGÉ où l'on (re)découvre une notion à partir des productions d'écrits des élèves.

     *UN ATELIER DIRIGÉ où l'on (re)découvre une notion à partir des productions d'écrits des élèves.

    *UN ATELIER TRI ET MANIPULATION où les élèves s'entrainent et manipulent des étiquettes des notions déjà traitées en classe.

    *UN ATELIER COPIE ET DICTEE où les élèves copient une trace écrite ou une poésie ou recopie une dictée ou enfin écrivent une dictée écoutée sur tablette.


    *UN ATELIER TRANSPOSITION où les élèves transposent des GN ou des phrases ou un texte dans un autre temps, au pluriel,...

    Enfin, le jeudi je reprends la notion travaillée depuis le vendredi avant et soit je propose d’entrainement supplémentaires, soit nous réalisons la leçon sous forme de LAM (Leçon A Manipuler)

    Voici mon tableau des rotations :

    Comment enseigner l'EDL en cycle 3?

    En parallèle, je travaille également l’orthographe : en effet, le vendredi, pour aider à réaliser leur activité d’écriture et en fonction du thème, je propose aux élèves des mots de vocabulaire (noms/verbes/adjectifs/mots invariables). Ces mêmes mots sont à apprendre pour le lundi et sont travaillés toute la semaine : ils sont affichés sur le MUR DE MOTS et les élèves s’entrainent :

    -         Le lundi sur une dictée de mots (de la même famille aussi) ou de GN

    -         Le mardi sur une dictée de phrases (2 ou 3 phrases maximum)

    -         Le jeudi sur une dictée à corriger (les erreurs insérées dans la dictée sont la plupart des erreurs récurrentes chez mes élèves).

    Enfin, le vendredi, nous enlevons les mots affichés sur le mur de mots et les élèves réalisent la dictée bilan (dictée d’environ 5 ou 6 phrases)

     J’essaye la plupart du temps d’inventer des dictées à partir de leurs propres phrases écrites le vendredi dans leur activité d’écriture.

      


    votre commentaire
  • A partir de de cette période 5, je vais travailler la plupart du temps en demie-classe avec un groupe d'élèves : l'autre partie de la classe sera en autonomie et les élèves travailleront dans des centres (coins).

    Voici mon EDT : ici

    9 centres (coins) différents dans ma classe : 

    -  LECTURE

    - ECRITURE

    - POESIE

    - ETUDE DE LA LANGUE

    - ECOUTE

    - ANGLAIS

    - HISTOIRE-GEO

    - MATHEMATIQUES

    - INFORMATIQUE

     Afin d'aider au mieux les élèves, je vais installer dans chaque coin des cartes pour guider les élèves dans les centres d'autonomie.

     Dans chaque centre, les élèves travaillent en dyades ou seul et choisissent un des défis à faire en autonomie.

     

    Ma nouvelle organisation pour les centres

    Voici les cartes que les élèves auront à leur disposition dans chaque centre : ici


    votre commentaire